Accueil / Michel Rouzé : deux témoignages

Michel Rouzé : deux témoignages

Publié en ligne le 27 novembre 2008 - AFIS -
SPS n° 262, mai 2004

« Pourquoi faites-vous tout ça, Monsieur Rouzé ? »

Nous avons reçu de Philippe Cousin, ex-rédacteur en chef de Science et Vie, ce mot d’adieu à Michel Rouzé.

Onze heures du soir, dans l’ascenseur de la maison d’édition qui avait hébergé une réunion du comité français pour l’étude des phénomènes paranormaux (C.F.E.P.P). Un à un, les Chevaliers de la Zététique étaient rentrés chez eux, diversement satisfaits d’avoir asséné à la crédulité publique, pour l’heure endormie devant sa télévision, la correction qu’elle ne cessait de mériter. Le secrétaire, dont chacun avait plus ou moins oublié que, sans lui, ce comité n’aurait probablement ni existé ni survécu, ni ne serait passé de la bonne intention à l’action, était resté le dernier, pressé d’aller extraire l’essence de ce qui avait été dit pendant la réunion. Maintenant, les omoplates appuyées à la paroi de l’ascenseur, ancré à sa lourde serviette, il avait soudain paru fatigué et plus petit que jamais. Il ressemblait à un dessin de Chaval. Envahi par le respect, je demande : « Pourquoi faites-vous tout ça, Monsieur Rouzé ? » Alors, il a levé ses lunettes vers moi, de biais comme un oiseau, et d’une voix douce qui venait de loin, des profondeurs, peut-être de quelque Pologne oubliée, il s’est laissé aller à dire : « Mon cher Cousin, j’ai toujours milité... J’ai d’abord, et longtemps milité pour les idées nouvelles... »

Il n’avait jamais désarmé et maintenant que les « idées nouvelles » s’étaient trouvées délayées dans la vieille pratique quotidienne, il s’était mis à combattre l’Hydre de l’Erreur partout où elle montrait la tête.

Ph. Cousin

Un cheminement courageux

Michel Rouzé : son nom symbolise pour moi la rigueur dans notre interrogation face à un cosmos qui ne nous dévoile que lentement de nouveaux aspects de lui-même, et dont nous faisons partie.

Le cheminement sans fin vers toujours plus de lucidité est moins confortable que l’acceptation passive de « vérités » révélées. Le suivre, malgré tout, nécessite beaucoup de courage, Michel Rouzé a su magnifiquement en faire preuve ; il a été pour moi une source dont je sais qu’elle a été décisive.

Albert Jacquard

Michel Rouzé (1910-2004) : Biographie illustrée - Autres témoignages Yves Galifret, Jean-Claude Pecker

Publié dans le n° 262 de la revue


Partager cet article


AFIS

L’Association française pour l’information scientifique a été fondée en 1968. Elle édite la revue Science et pseudo-sciences et est responsable de la maison d’édition book-e-book.

José Tricot (1930 – 2011)

Le 18 septembre 2018