Accueil / Regards sur la science / Téléphone mobile et tumeurs cérébrales, quoi de neuf ?

Téléphone mobile et tumeurs cérébrales, quoi de neuf ?

Publié en ligne le 15 août 2019 - Causes de cancer - Ondes

Une équipe australienne a analysé en détail les tumeurs cérébrales diagnostiquées de 1982 à 2013 pour voir si l’exposition aux radiofréquences engendrée par le téléphone mobile pouvait être mise en cause, et dans quelle mesure l’amélioration des techniques médicales contribuait à accroître le nombre de tumeurs diagnostiquées [1].

Parmi les études épidémiologiques publiées, quelques études cas-témoins 1 indiquant une augmentation du risque de développer un gliome pour les utilisateurs les plus intensifs avaient conduit au classement des radiofréquences liées à l’usage du téléphone mobile dans la catégorie « cancérigènes possibles » du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) en 2011. Par la suite, des études menées sur les données des registres nationaux du cancer dans les pays nordiques, en GrandeBretagne, aux États-Unis, au Japon, en NouvelleZélande et en Australie ont montré que l’évolution de l’incidence (nombre de nouveaux cas par an pour 100 000 habitants) du gliome n’a pas varié avec l’usage du téléphone mobile. Une légère augmentation observée dans certaines études semble refléter l’amélioration du dépistage des tumeurs, et ne correspond pas aux variations attendues si les associations (risques relatifs) rapportées dans les études à l’origine de la classification du CIRC étaient réelles (études Interphone et Hardell).

L’étude de Kaparidis et al., publiée en novembre 2018, vient renforcer ces résultats. L’objectif était de rechercher un lien entre tumeur cérébrale et téléphone mobile en tenant compte du type de tumeur (caractéristiques histologiques 2, grade 3) et de sa localisation dans le cerveau, et d’explorer l’hypothèse selon laquelle l’amélioration des méthodes de dépistage peut expliquer une augmentation apparente de l’incidence des tumeurs. En effet, la tomodensitométrie (TDM, plus connue sous l’appellation « scanner ») et l’imagerie par résonance magnétique (IRM) sont deux techniques d’imagerie médicale permettant de visualiser les tumeurs. Leur emploi s’est développé entre 1982 et 1992, et des progrès en IRM ont permis une meilleure discrimination des types et sous-types de tumeurs à partir de 1993, tandis que l’usage du téléphone mobile s’est développé rapidement pour concerner plus de 65 % de la population à partir de 2003 (estimation d’après les données des opérateurs et des enquêtes d’usage), la proportion d’utilisateurs intensifs ayant été évaluée à 19 %.

L’Institut sanitaire australien collecte des informations sur les tumeurs diagnostiquées dans le pays depuis 1982 (code typographique, grade et code dans la classification internationale des maladies). Les chercheurs ont donc analysé finement l’évolution de l’incidence des tumeurs cérébrales sur trois périodes (1982–1992, 1993–2002, 2003–2013) à partir des données de 16 825 patients (10 083 hommes et 6 742 femmes) âgés de 20 à 59 ans et atteints de tumeurs cérébrales. La grande majorité des tumeurs étaient des gliomes (93,7 %). Le soustype glioblastome, très agressif, représentait 43,5 % des tumeurs. Parmi les gliomes, 29,8 % étaient de bas grade, 59,0 % de haut grade et 11,2 % non spécifié. La localisation anatomique du gliome la plus courante était le lobe frontal dans 28,1 % des cas, suivi du lobe temporal (18,7 %) et du lobe pariétal (14,4 %).

© sirtravelalot | shutterstock.com

Les résultats montrent que le taux d’incidence est stable sur les trois périodes étudiées. L’augmentation du nombre de glioblastomes dénombrés durant la période 1993–2002 est due à l’usage et au progrès du diagnostic. En revanche, aucune augmentation n’a été observée en lien avec l’usage du téléphone portable quel que soit le type de tumeur. Il n’y a pas non plus de localisation accrue des gliomes dans les lobes temporaux qui sont les régions du cerveau les plus exposées aux radiofréquences durant les conversations téléphoniques. Enfin, les chercheurs ont calculé la variation prévisionnelle du taux d’incidence de tumeurs qui aurait eu lieu avec les valeurs de risque relatif trouvées dans les études Interphone et Hardell. Les courbes montrent que les augmentations d’incidences prédites sont nettement plus fortes que les variations réelles observées en Australie sur la période considérée. Cela invalide donc les valeurs de risque relatif issues des études Interphone et Hardell.

Les auteurs concluent qu’en Australie, il n’y a eu aucune augmentation d’un type de tumeur cérébrale, ou d’une localisation particulière des gliomes, attribuable aux téléphones mobiles. Notons au passage que cette étude rassurante et bien menée n’a pas eu de retentissement médiatique !

Références

- [1] Karipidis K et al., “Mobile phone use and incidence of brain tumour histological types, grading or anatomical location : a population-based ecological study”, BMJ Open, 2018, 8.

1 On relira avec profit Souques M, « Notions de base sur l’épidémiologie », SPSn° 286, juillet-septembre 2009. Sur afis.org

2 Les caractéristiques histologiques sont typiques du type de cellules qui composent la tumeur.

3 Le grade d’une tumeur dépend des caractéristiques des cellules qui la composent, notamment de leur aptitude à se diviser. Il rend compte de sa capacité à croître rapidement et évoluer ou non en tumeur maligne (cancéreuse).


Thème : Causes de cancer

Mots-clés : Ondes

Publié dans le n° 328 de la revue


Partager cet article


L' auteur

Anne Perrin

Titulaire d’un doctorat en biologie et d’un master en philosophie, expert-conseil scientifique sur le thème « (...)

Plus d'informations

Causes de cancer

Assiste-t-on à une "épidémie de cancers" ? Quelles sont les principales causes de cancer ? Ces questions font l’objet de nombreuses controverses.

Agents cancérogènes

Le 2 juillet 2017